Accueil Ravins Volonne Escale (hors Vançon)

Ravins Volonne Escale (hors Vançon)

Présentation

Le territoire concerné intègre plusieurs cours d’eau tous affluents rive gauche de la Durance qu’ils rejoignent en amont et en aval du barrage EDF de l’Escale. Ils sont situés entre le Vançon et la Bléone (tous deux exclus du présent dossier).

Située dans le département des Alpes de Haute Provence, cette zone d’étude couvre une surface de 38 km² environ.

Les bassins versants des ravins et torrents concernés sont situés sur le territoire de :

  • deux communes : Volonne et l’Escale,
  • un unique EPCI : Provence Alpes Agglomération (PAA).
Les bassins versants des ravins de Volonne et de l'Escale (hors Vançon)

Les torrents et ravins s’écoulent au fond de vallons plus ou moins vastes et encaissés, ou constituent encore de simples entailles dans des versants souvent dénudés et qui sont la proie de phénomènes érosifs quelquefois importants. Ces appareils torrentiels ne connaissent une activité significative que de façon intermittente, en particulier à la suite d’épisodes orageux intenses où ils peuvent alors connaître de brusques augmentations de débits (liquide et, pour certains, solide).

 

Les cours d’eau recensés sont :

 

  • Sur la commune de Volonne, du nord vers le sud :
    • Le ravin de Taravon dont le ravin St Jean est affluent
    • Le ravin de la Rouvière
    • Le ravin de Cote Rousse
    • Le ravin de Saint Martin
    • Le ravin de Grave. Il prend naissance sur les versants situés au nord des Broumas et voit ses eaux grossies par celles des ravins de Frache et du Bramaire (qui drainent une large partie nord-est de la commune). Il scinde le vieux-village en deux, franchissant plusieurs ponts aux caractéristiques très dissemblables (tant en ce qui concerne leur géométrie qu’en ce qui concerne l’époque de leur édification) avant de confluer avec la Durance.
    • Le ravin des Baumes
    • Le ravin de Pierre Taillée constituant la limite entre les communes de Volonne (au nord) et de l’Escale (au sud).

 

  • Sur la commune de l’Escale, du nord vers le sud :
    • Le ravin de Pierre Taillée constituant la limite entre les communes de Volonne (au nord) et de l’Escale (au sud).
    • Le ravin de Chadeauvin
    • Le ravin de Rouerie
    • Le ravin de Fondéras
    • Le ravin de Crouas 1
    • Le ravin de Tollonnet qui conflue avec le ravin de Crouas 2 en amont de la RD4.
    • Le torrent des Graves. Important tant en ce qui concerne la superficie d’alimentation que du point de vue de l’importance de son activité passée connue. Il emprunte de nos jours un chenal assez largement artificialisé, en relation notamment avec l’urbanisation qui occupe aujourd’hui en grande partie sont cône de déjection. Il est constitué des branches suivantes :
      • Ravin de Coulayès ou ravin des Plaines
      • Ravin de Besaudin (2 km – pente : 13 %)
      • Ravin Fabre ou
    • Ravin de St André

 

On précisera que :

  • Plusieurs de ces ravins sont caractérisés :
    • à leur débouché en pied de versant (souvent zones urbanisées) par l’absence d’exutoire (ravin de St Martin à Volonne par exemple donc les eaux en pied de versant s’écoulent sur la chaussée en amont de la rue des Oliviers ou bien encore le ravin de Crouas 1 à l’Escale)
    • et/ou par des ouvrages sensiblement sous-dimensionnés par rapport aux débits de crues prévisibles.
  • La commune de Volonne est parcourue par le canal de la Plaine qui, il a encore, quelques années était alimenté par les eaux du torrent du Vançon. Ce canal est aujourd’hui abandonné au profit d’un arrosage par aspersion. L’ouvrage quant à lui subsiste et traverse l’essentiel du territoire communal à distance plus ou moins grande du pied de versant. Ce canal et le réseau qu’il alimentait, font office de drain de collecte des ruissellements de versant, voire de réseau d’évacuation d’eaux pluviales dans les secteurs urbanisés.
Le ravin de Taravon à Volonne © Syndicat Mixte Asse Bléone
Le ravin de la Grave à Volonne © Syndicat Mixte Asse Bléone
Le ravin de la Rouerie au droit de sa confluence dans le plan d’eau de l’Escale © Syndicat Mixte Asse Bléone
Le torrent des Graves dans la traversée de l’agglomération de l’Escale © Syndicat Mixte Asse Bléone

Les activités humaines et les usages

Les communes de Volonne et de l’Escale possèdent des populations proches qui suivent globalement les mêmes évolutions.

 

Communes Population des communes
2007 2012 2017
Volonne 1 691 1 718 1 687
L’Escale 1 274 1 378 1 424

Démographie des communes de Volonne et de l’Escale (INSEE)

 

La densité moyenne est de 66 hab/km² à Volonne contre 70 hab/km² à L’Escale.

La densité de population moyenne du département s’élève à 24 habitants au km², contre 160 hab/km² pour la région, ce qui le positionne comme le 3e département le moins dense de France métropolitaine.

Les habitants des deux communes sont alimentés en eau potable par des sources et des forages.

L’agriculture est également encore présente sur les deux communes. Elle est surtout représentée par des cultures céréalières et l’arboriculture (Plan de Volonne et plaine au sud-ouest du territoire de l’Escale), et dans une moindre mesure par la production fourragère.

Nous disposons de peu d’information sur les prélèvements agricoles sur la zone.

On pourra toutefois préciser la présence de plusieurs canaux irrigants les plaines agricoles :

  • Le canal de la Plaine à Volonne. Historique, la prise d’eau de ce canal était située dans le Vançon sur la commune de Sourribes.

Ce prélèvement a récemment été abandonné au profit d’un transfert vers la Durance avec un passage à un mode d’irrigation par aspersion qui devait permettre, selon les données issues du Plan de Gestion de la Ressource en Eau du bassin versant du Vançon, la réalisation d’économies substantielles ; le volume d’eau autorisé de 2 100 000 m3 sera économisé et restera donc dans le tronçon aval du Vançon en amont de sa confluence avec la Durance.

  • Le canal de la plaine de L’Escale. Ce canal est alimenté par les eaux de la Bléone et irrigue la plaine agricole quasiment jusqu’au barrage de l’Escale. Il est géré par une Association Syndicale Autorisée. Le droit d’eau était, selon l’arrêté préfectoral de 2007, de 680 l/s.

La vie économique des deux communes repose en grande partie sur le bassin d’emploi des communes du Val de Durance, entre Sisteron et Manosque (secteur tertiaire, commerces, industries agro-alimentaires et chimique avec notamment le site Arkema sur la commune de Château Arnoux St Auban).

Les deux communes possèdent également une vocation touristique, bénéficiant de l’attrait du patrimoine environnemental et culture local et de sa situation sur axe routier nord / sud très fréquenté en période estivale, qui en fait ainsi une « halte » privilégiée entre les Alpes et le littoral méditerranée. La commune de l’Escale est par ailleurs traversée par la très fréquentée « Roue Napoléon » (passant dans la partie « basse » du village, son tracé est repris ensuite par celui de l’actuelle RN85).

Le potentiel d’hébergement repose essentiellement sur le camping de l’hippocampe situé sur la commune de Volonne (capacité de 450 emplacements environ sur une superficie de 11 ha, gagnée pour partie sur la retenue de l’Escale du fait de son enlimonement progressif).

Les risques naturels

Les Plans de Prévention des Risques des communes de Volonne et de l’Escale apportent des éléments détaillés sur les risques d’inondation associés à chacun des ravins étudiés. Les principaux risques identifiés sont :

  • Les crues torrentielles avec notamment :
    • A Volonne : le ravin de la Grave et, dans une moindre mesure, les ravins Taravon, Pierre taillée, Baumes, Cote Rousse et St Martin.
    • A L’Escale : le ravin des Graves et dans une moindre mesure les ravins de Pierre Taillée, de Chadeauvin et de la Rouerie.

 

  • Les ruissellements et le ravinement qui peuvent affecter l’ensemble des ravins des communes en raison de la géologie, de la topographie, de la présence et de la densité du couvert végétal et enfin, bien entendu, de l’intensité des précipitations.

 

Plusieurs problématiques spécifiques étaient relevées dans les études et ont pu être confirmées par les observations de terrain :

  • Beaucoup d’ouvrages de franchissements routiers sont sous-dimensionnés et sont rapidement mis en charge notamment en raison du transport solide parfois important. Ils génèrent sont des débordements.

 

  • Certaines portions de cours d’eau ont été fortement aménagées et les biefs possèdent peu de débitance. Certains cours d’eau sont couverts sur des linéaires importants.

 

  • Certains cours d’eau, à leur débouché en pied de versant (souvent zones urbanisées) se caractérisent par l’absence d’exutoire (ravin de St Martin à Volonne par exemple donc les eaux en pied de versant s’écoulent sur la chaussée en amont de la rue des Oliviers ou bien encore les ravins de Crouas 1 et 2 à l’Escale).

 

  • La commune de Volonne est parcourue par le canal de la Plaine qui, il a encore, quelques années était alimenté par les eaux du torrent du Vançon. Ce canal est aujourd’hui abandonné au profit d’un arrosage par aspersion. L’ouvrage quant à lui subsiste et traverse l’essentiel du territoire communal à distance plus ou moins grande du pied de versant. Ce canal et le réseau qu’il alimentait, font office de drain de collecte des ruissellements de versant, voire de réseau d’évacuation d’eaux pluviales dans les secteurs urbanisés.

Concernant le fonctionnement sédimentaire des ravins, on peut souligner que l’activité sédimentaire de tous les ravins s’est considérablement réduite depuis 60-70 ans. A cela plusieurs raisons :

  • les reboisements (série domaniale) ;
  • la végétalisation spontanée des versants sans doute associée à la déprise agricole ;
  • la raréfaction des crues dites « morphogènes » qui ont conduits à figer les lits ;
  • les aménagements réalisés dans les années 70 par le service de Restauration des Terrains en Montagne (RTM) : seuils et barrages qui stockent les sédiments en amont.

Par endroits, des déficits sédimentaires sont visibles et posent des problèmes sur la stabilité d’ouvrages transversaux (seuils, passage à gué…).

C’est notamment le cas sur le ravin des Graves à l’Escale où la commune a été amené à réaliser plusieurs interventions d’urgence suite aux pluies intenses survenues en novembre et décembre 2019.

Vous avez dit “PRI” ?

Les Plans de Prévention des Risques Inondations (PPRi) sont des documents réglementaires qui fixent des règles d’urbanisme et d’occupation des sols en lien avec les risques identifiés.

Ces documents sont consultables dans votre mairie ou depuis le site internet de la Préfecture

Le ravin de Tollonnet à l’Escale © Syndicat Mixte Asse Bléone
Le ravin de Crouas 2 à l’Escale © Syndicat Mixte Asse Bléone
Le ravin de Fabre ou de la Chapelle à l’Escale © Syndicat Mixte Asse Bléone
Le ravin de Tollonnet à l’Escale © Syndicat Mixte Asse Bléone
Un seuil affouillé sur le ravin des Graves à l’Escale © Syndicat Mixte Asse Bléone

La qualité des eaux

Les torrents et ravins du bassin versant sont intermittents. Les eaux superficielles ne font l’objet d’aucun suivi de qualité.

Le patrimoine naturel

Le patrimoine naturel des bassins versants des ravins de Volonne et de l’Escale est encore assez mal connu. Il ne fait pas spécifiquement l’objet d’inventaires ou de zonages environnementaux.

Il est nécessaire de prévoir des investigations complémentaires car, sans doute la richesse naturelle des différentes têtes de bassin versant est à ce jour sous-estimée.

Les zones de confluences sont plus ou moins incluses dans les périmètres de la ZNIEFF de type 1 « La moyenne Durance, de la clue de Sisteron à la retenue de l’Escale » (n°04100157) ainsi les deux sites Natura 2000 de la Durance (FR9301589 et FR912003).

=> Plus d’information sur la ZNIEFF en cliquant ici

=> Plus d’information sur le réseau Natura 2000 en cliquant ici

L’Agence de l’Eau a fait procéder, en 2013, à l’inventaire des zones humides du département des Alpes de Haute Provence. C’est le Conservatoire d’Espaces Naturels PACA qui a été en charge de cette étude.

Les cours d’eau de Volonne et de l’Escale ne sont pas recensés comme zones humides. Ils sont concernés à la marge par les zones humides de Durance.