Accueil Asse

Asse

Présentation

L’Asse, rivière en tresse située dans le département des Alpes de Haute Provence, s’écoule sur un bassin versant de 657 km2 et parcours 130 km avant de confluer avec la Durance, en rive gauche. Son principal affluent est l’Estoublaïsse. L’Asse est issue de la réunion de « 3 Asses » : l’Asse de Clumanc, l’Asse de Moriez, l’Asse de Blieux.

Le territoire recoupe 29 communes, réparties dans 3 EPCI :

  • Durance Luberon Verdon Agglomération (DLVA) ;
  • Provence Alpes Agglomération (PAA) ;
  • Communauté de communes Alpes Provence Verdon, sources de lumière (CCAPV) ;

L’Asse présente un régime de type pluvio-nival. De nombreux torrents viennent alimenter le cours d’eau principal. Libre de tout aménagement hydraulique, son écoulement est quasi naturel.

L’altitude du bassin versant est comprise entre 2282 m à la source (sur la montagne du Cheval-Blanc) et 320 m à la confluence avec la Durance.

Ce territoire rural, compte 17 600 habitants (population totale des communes du bassin versant : INSEE 2014), soit une densité moyenne de 13,8 hab/km² (moyenne départementale : 23,3 hab/km²).

Carte du bassin versant de l'Asse © Syndicat Mixte Asse Bléone
La haute vallée de l'Asse © Syndicat Mixte Asse Bléone

L’Asse est issue de la réunion sur la commune de Barrême des « trois Asses » :

  • Asse de Clumanc,
  • Asse de Moriez,
  • Asse de Blieux.

Entre Barrême et la Clue de Chabrières, l’Asse s’écoule superficiellement dans des gorges où les apports latéraux sont réduits.

Puis, en aval de la clue, l’Asse est formée d’une plaine alluviale, accompagnée d’une nappe alimentée ou drainée par le cours d’eau. La plaine alluviale se développe sur 37 km de longueur.

L’Asse sur sa partie basse présente une morphologie de lit en tresses caractérisée par la multiplicité des chenaux et la présence de bancs actifs qui assurent le stockage temporaire de la charge sédimentaire en transit. L’emplacement, la forme et le nombre de ces chenaux et bancs sont régulièrement modifiés par les crues morphogènes.

Le principal affluent de la partie aval est l’Estoublaïsse qui conflue avec l’Asse en rive gauche, sur la commune d’Estoublon. En aval d’Estoublon, l’Asse ne reçoit plus d’affluent sur les 20 derniers kilomètres de son cours.

L’Asse amont, ainsi que l’Estoublaïsse, présentent un style fluvial rectiligne à sinueux.

Le Bassin versant de l’Asse est recouvert à 39 % par de la forêt (principalement en amont) et 15,7 % par des terres à vocation agricole (principalement en aval).

Une des particularités de l’Asse est la présence de 37 adous (majoritairement en aval).

Le tressage de l'Asse à Bras d'Asse © Syndicat Mixte Asse Bléone
Carte du réseau hydrographique de l'Asse © Syndicat Mixte Asse Bléone

Vous avez dit “Rivières en tresses” ?

Les rivières en tresses sont caractérisées par la multiplicité des bras en eau (appelés chenaux) et la présence de bancs actifs qui assurent le stockage temporaire de la charge sédimentaire en transit. L’emplacement, la forme et le nombre de ces chenaux et bancs sont régulièrement modifiés par les crues dites « morphogènes ».
Malgré leur raréBléone faction continue depuis la multiplication des infrastructures aux 19ème et 20ème siècles (Piégay et al., 2009), on dénombre encore, dans le bassin Rhône Méditerranée Corse de nombreuses rivières en tresses (650 km). C’est, en effet, dans ce bassin que se concentrent la plupart des rivières de ce type sur le territoire métropolitain, voire même en Europe. Plus spécifiquement, ces secteurs sont localisés dans la zone alpine et périalpine du bassin du Rhône, principalement dans le bassin de la Durance.
Une étude de la ZABR (Zone Atelier Bassin du Rhône) a été réalisée pour caractériser ces rivières en tresses au niveau physique et écologique afin de proposer des actions de restauration fondées sur des bases plus solides.
Un guide complet a été élaboré. Il est disponible sur le site https://www.zabr.assograie.org/ ou directement en cliquant sur ce lien (PDF)

Les activités humaines et les usages

L’activité industrielle du bassin versant de l’Asse est peu développée. Contrairement à l’agriculture qui est au centre du territoire, tant d’un point de vue économique, paysager et écologique (25% de Superficie Agricole Utile (SAU) déclarée à la PAC 2010).

Compte-tenu du recouvrement forestier du bassin versant de l’Asse, l’activité sylvicole représente une part prépondérante dans les relations économiques locales.

Le site de l’Asse n’est pas un lieu touristique. En effet le cours d’eau est peu attractif et ne se prête pas à des activités aquatiques. Il n’y a quasiment pas d’aménagements touristiques dans la vallée.

L'activité agricole sur le bassin versant de l'Asse (1/2) © Syndicat Mixte Asse Bléone
L'activité agricole sur le bassin versant de l'Asse (2/2) © Syndicat Mixte Asse Bléone

La ressource en eau

Le bassin versant de l’Asse présente des étiages très marqués voire des assecs estivaux très important. Il a donc été identifié en déséquilibre quantitatif dans le SDAGE du bassin Rhône Méditerranée 2016-2021.

Les prélèvements (eau potable, agriculture) sur le bassin de l’Asse sont en moyenne de 12 millions de m³ par an. Plus de 90 % ont lieu entre le 1er juin et le 15 septembre, pour l’irrigation.

L’irrigation collective gravitaire est le principal préleveur avec 79% des prélèvements. L’eau potable ne représente que 6% des volumes prélevés (principalement dans les sources). De nombreux rendements des réseaux d’eau potable ne sont pas connus.

Les risques naturels

Page en construction …

Vous avez dit “PRI” ?

Les Plans de Prévention des Risques Inondations (PPRi) sont des documents réglementaires qui fixent des règles d’urbanisme et d’occupation des sols en lien avec les risques identifiés.

Ces documents sont consultables dans votre mairie ou depuis le site internet de la Préfecture

La qualité des eaux

Seules 2 stations RCS (Réseau de Contrôle et de Surveillance), situées sur le bassin versant de l’Asse (à Beynes et Oraison), font l’objet d’un suivi annuel.

Depuis 2008, l’état écologique de l’Asse oscille entre moyen et médiocre. C’est l’indice poisson qui déclasse l’état écologique, sauf en 2015, 2016 et 2017 à Oraison où c’est l’indice « invertébrés benthiques » qui est la cause du déclassement.

Malgré un mauvais état chimique des eaux de surface de l’Asse aval en 2013, les stations RSC montrent une amélioration de la qualité de l’eau depuis 2011. Le mauvais état obtenu en 2013 est dû à la présence de Benzo(ghi)perylène et Indeno(1,2,3,cd) pyrène, provenant de la combustion de combustibles fossiles.

L’état chimique de la masse d’eau souterraine « conglomérats du plateau de Valensole » est déclassé depuis 2008 par les nitrates, le total des pesticides ainsi que le 2,6-Dichlorobenzamide (produit de dégradation de pesticide).

Carte de l'état écologique des masses d'eau du bassin versant de l'Asse © Syndicat Mixte Asse Bléone

Le patrimoine naturel

Le bassin versant de l’Asse comporte de nombreuses zones naturelles reconnues à fort intérêt écologique au travers de divers outils, comme :

  • les ZNIFF (10 de type I, 6 de type II et 10 ZNIEFF géologique de la Réserve Naturelle Nationale Géologique de Haute-Provence) ;
  • les Sites Natura 2000 (3 ZPS et 5 ZSC) : dont le site de « l’Asse » (FR9301533) animé par le Syndicat ;
  • le Parc Naturel du Verdon ;
  • la Réserve biologique domaniale des Gorges de Trévans;
  • les Espaces Naturels Sensibles du Département, etc …

 

 

L’Asse accueille 3 principales espèces patrimoniales à fort enjeux de conservation :

  • l’Apron du Rhône (Zingel apser), qui fait l’objet d’un arrêté de protection de biotope (APPB) de Bras d’Asse à la confluence avec la Durance ;
  • l’Ecrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes) ;
  • l’Azuré de la sanguisorbe (Phengaris teleius)
Carte des sites naturels du bassin versant de l'Asse © Syndicat Mixte Asse Bléone
L’Apron du Rhône (Zingel apser) © FDAAPPMA 04
L’Ecrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes) © Syndicat Mixte Asse Bléone
L’Azuré de la sanguisorbe © Syndicat Mixte Asse Bléone